Test: Main en fil flexible

Imprimer en matériau flexible est une opération parfois délicate qui doit être réalisée avec une imprimante disposant d'une tête adaptée. Dans ce test, la nature caoutchouteuse de la matière ainsi que la conception particulière de la pièce ont nécessité quelques ajustements.

La matière flexible utilisée ici est distribuée par 3DPremium. Elle dispose d'une flexibilité et d'un aspect qui rappellent le caoutchouc. Ce fil nécessite l'utilisation d'un tuyau d'alimentation en TPFE pour réduire les contraintes de frottement entre la bobine et la tête. Comme toutes les matières flexibles, le fil doit être guidé précisément dans la tête pour éviter les plis, et le dosage de la pression d'entrainement doit être effectué précisément. Pas assez de pression et le fil n'est pas entrainé, trop de pression et le fil se déforme puis se bloque à l'entrée du guide-fil. Son coefficient de frottement élevé vous sanctionne rapidement si vous ne respectez pas ces éléments.

Ses paramètres d'impression sont ciblés par le fabricant entre 190° et 240°. Dans le test, pour obtenir le meilleur compromis entre fluidité et cohésion des couches, la température a été fixée à 260°. Il a été impossible d'imprimer à 190°, la fourchette d'utilisation de notre bobine se situe plutôt entre 220° et 260°. La vitesse d'impression de base fixée à 50mm/s n'a posé aucun problème.

Pour l'adhésion au plateau (en verre), un peu de laque et une bonne température sont nécessaires. Si 90° à 100° peut suffire à de petites pièces uniformes, dans notre test, pour garantir la bonne adhérence de cette "main" aux volumes et formes très hétérogènes, la température a été fixée à 120°.

 

Concernant la nature de la pièce, quelques aménagements ont été nécessaires. En effet, l'épaisseur dans les zones de plis est très faible et certaines de ces zones se retrouvent presque parallèles à l'inclinaison de remplissage des premières couches, quel qu'en soit le réglage. Il en découle une faiblesse des plis qui doivent résister aux sollicitations. Les mêmes faiblesses apparaissent au niveau de la base des doigts si le remplissage est effectué de façon concentrique au lieu de parallèle. Ces zones n'étant constituées que de 2 couches, la solution a été de combiner une première couche en remplissage // avec une deuxième concentrique. Résultat; un bon tramage des parties pliées et une très bonne résistance confirmée lors des utilisations de cette "main".

Enfin, pour obtenir une bonne résistance des canaux de guidage des cordons de manipulation, les couches périphériques ont été réglées sur 4 (≈ 1,6mm). Ces canaux sont bien sûr réalisés sans support par "bridging".

 

Conclusion: Cette matière délicate à utiliser est de bonne qualité une fois les paramètres maitrisés. À utiliser par exemple pour des pneus, des petites courroies et peut être même pour réaliser certains joins de type sanitaire...


 

Matière Flex noir Ø1,75 3DPremium
Fichier FILAFLEXY-HAND.stl
Trancheur  Simplify3D
Longueur:  160mm
Diamètre de buse  0,4mm
Longueur fil / volume  16,9m / 40,6 cm3
Temps d'impression 3h02
Température Plateau 120°
Adhésion plateau Laque
Température première couche 260°
Température d'impression 260°
Hauteur couches  0,25mm
Couches solides extér 4
Couches solides sup 4
Couches solides inf 2
Vitesse de base 50mm/s
Vitesse exter 60%
Vitesse 1ère couche 60%
Vitesse remplissage solide 100%
Déplacements 120mm/s
Sens de remplissage des couches Inter => Exter
Motif de remplissage Nid d'abeille
Remplissage 20%
Chevauchement autorisé 15%
Support Non
Ventilation 0
Réglage temps mini par couche 8 sec / vitesse 30%
Rétractation 1mm
Vitesse de rétractation 15mm/s
Extrusion pour les ponts 100%
Vitesse pour les ponts 60%


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Olivya (mardi, 04 avril 2017 17:33)

    Superbe !!
    Bon continuation !!!